Archives de 16 mars 2011

Barrage aux II-Plateaux – Des hommes armés font plusieurs morts

Des hommes armés de fusil de guerre de type Kalashnikov ont fait 4 morts le 15 mars 2011, aux II Pateaux, à un barrage tenu par des jeunes patriotes derrière le super marché Soccocé. Selon des témoins trouvés sur place, des individus, au nombre de quatre, sont arrivés à ce barrage peu après midi à bord d’un taxi compteur. « Ils sont descendus juste après la station (Total) et le taxi les a précédé. Pendant que des jeunes fouillaient le taxi, les 4 individus, qui suivaient à pied se sont alors dévoilés. Ils ont sorti leurs armes et ont ouvert le feu dans le tas. Tous ces morts que vous voyez à terre-là ne sont que des victimes innocentes, ce sont des passants. A la vérité, ils en voulaient aux personnes qui tiennent le barrage», a expliqué un témoin. Pour lui, il s’agit d’une descente punitive menée par des « assaillants ». Puisqu’il a lié cette attaque à l’arrestation, le même matin, de personnes suspectes à ce barrage.
« Ce matin, les jeunes ont arrêté ici, un taxi qui avait à son bord un passager (en plus du chauffeur). Une fouille corporelle a permis de découvrir sur eux de nombreux gris-gris. Les trouvant suspects, ils ont été remis à la police (nationale). C’est certainement en représailles que les assaillants ont attaqué. D’ailleurs avant d’ouvrir le feu, ils ont crié: où sont-ils? Ils faisaient allusion à ceux qui tiennent le barrage et qui ont fait arrêter leurs camarades. Ceux sont eux, en faite que les assaillants visaient », a-t-il souligné. Poursuivant, il a expliqué que ces hommes armés, après leur forfait, ont embarqué dans le taxi les transportant et ont pris le large non sans libérer des coups de feu en l’air. Lequel véhicule, ont soutenu d’autres sources, aurait été abandonné plus loin. A notre arrivée sur les lieux, juste avant 14 h, nous avons découvert un tableau insoutenable dont nous vous faisons l’économie de la
description. Des propos fusaient de la foule de riverains et autres badaux accourus qui condamnaient cette « agression sauvage » et reclamaient que justice soit rendue. Au niveau du barrage, trois corps gisaient çà et là, non loin de la carcasse du véhicule civil de l’Onuci qui y avait été incendié, il y a quelques jours. Nous n’avons pas pu identifier ces jeunes gens qui ne portaient pas de pièces administratives. Le quatrième, Hagba Kapé Despérence, né en 1991, élève en classe de 1ère D dans un lycée de la place, transporté dans une clinique située à environ 100 m du lieu du crime, a succombé à ses blessures. C’est un père (un pasteur) au regard avide, assis sur le rebord de la clôture de cette clinique, que nous avons trouvé. La tristesse mêlée à la révolte se lisait sur les visages. Un drame qui n’a nullement entamé la détermination des jeunes patriotes qui comptent maintenir le mot d’odre lancé par Blé Goudé,
président du Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Coges). Le leader de la jeunesse patriotique avait ordonné à ses militants de s’organiser en groupe d’autodéfense afin ‘’de repousser d’éventuelles attaques ennemies’’.
Jonas BAIKEH

SOURCE :SOIR INFO

Publicités

Poster un commentaire

Bédié vaincu, place à l’opération «tout sauf Gbagbo»

Les Américains échouent, mais ne renoncent pas. Ils reprennent leur agent au Fmi pour avoir le temps d’organiser son retour. Bédié est poussé à la faute dans la gestion des affaires publiques avec les innombrables détournements et affaires sales notamment les Dépenses engagées non ordonnancées (Denos). Il prononce un mot dont les Américains ont horreur, l’«Ivoirité». Parce qu’il faut savoir que, pour les Américains, la garantie de la production du cacao va avec la naturalisation massive des Burkinabé.
Une main-d’œuvre moins chère et formée pour la production du cacao. Parler d’ivoirité, c’est empêcher cette main-d’œuvre bon marché de se déverser en toute sécurité en Côte d’Ivoire.
L’occasion était bonne pour faire un coup d’Etat. Car, il faut savoir que nos autorités (françaises) n’ont jamais envisagé un coup d’Etat contre Bédié qui est considéré comme leur homme, en tant que digne successeur d’Houphouët-Boigny. Là encore, le plan des Américains d’installer leur homme échoue avec le Général Robert Guéi qui organise une élection qui donne le pouvoir à Laurent Gbagbo, un socialiste de surcroît. Cela met les chocolatiers américains en colère. C’est pourquoi, une fois encore, sans même attendre de voir agir le nouveau président pour le juger sur pièces, la Cia met en marche, par une succession de coups d’Etat qui échouent les uns à la suite des autres, durant toute l’année 2001, un autre plan. De guerre lasse, elle monte une rébellion financée par le lobby américain et d’autres entreprises financières à raison de plus de 25 millions par mois pendant plus de deux années. La mission des militaires français ayant montré ses limites en Côte d’Ivoire, les Américains réussissent à «suggérer» l’envoi des Casques bleus de l’Onu. Le décor est planté pour le départ de Laurent Gbagbo…

Poster un commentaire

Des rebelles de Ouattara tuent 4 civils aux II-Plateaux

Des rebelles de Ouattara tuent 4 civils aux II-Plateaux

Des rebelles pro-Ouattara, armés ont tiré mardi après-midi, sur des jeunes civils ivoiriens tenant un check point (point de contrôle civil) tuant au moins 4 personnes au quartier II-Plateaux derrière Sococé, a constaté un journaliste de DirectScoop. Une cinquième victime grièvement blessée à été conduite à l’hôpital. Les rebelles pro- Ouattara sont arrivés sur les lieux en tenue civile, à bord d’un taxi et armés de Kalachnikovs. Dès l’immobilisation du véhicule, ils ont ouvert le feu sur les personnes tenant le poste de contrôle. Puis, après avoir tirés plusieurs coups de feu en l’air pour dissuader toute riposte, sont remontés dans leur véhicule pour quitter les lieux. Un témoin indique que «ce matin les jeunes qui tenaient le barrage avaient arrêté un rebelle pro-Ouattara qu’ils ont conduit à la police. Peut-être que les rebelles ont fait ça pour se venger». Le drame s’est produit à un poste de contrôle civil des II-Plateaux où, samedi, un véhicule de l’Onuci qui tentait de forcer le barrage avait été incendié par des populations hostiles. La situation sécuritaire s’est dégradée à Abidjan depuis que des combats violents opposent les Forces de défense et de sécurité aux rebelles pro-Ouattara principalement à Abobo et dans différentes communes de la capitale économique. Plusieurs responsables du camp Ouattara, le chef rebelle Guillaume Soro en tête, avaient auparavant réitéré à maintes reprises, leur volonté de reprendre la guerre, révélant qu’ils étaient «lourdement armés». Le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua (Union africaine), a demandé jeudi, au Conseil constitutionnel ivoirien d’investir Alassane Ouattara, candidat malheureux à l’élection présidentielle, comme président de la République. Pascal Affi N’Guessan, chef de la délégation représentant le président Gbagbo à Addis-Abeba, a qualifié vendredi, la décision de «contradictoire», estimant que l’Ua avait «échoué» et que «ces propositions étaient inacceptables». Après l’échec de la médiation de l’Ua, le président Laurent Gbagbo a appelé samedi, la population au calme, la rassurant quant à «l’issue certaine» de la crise ivoirienne. «Le président Laurent Gbagbo s’adressera bientôt à la Nation», a indiqué, dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Ahoua Don Mello.

 

SOURCE: LE TEMPS

Poster un commentaire

Un agent secret français parle : «Le coup de pouce à Alassane est un plan conçu par la Cia»

Bon nombre d’Ivoiriens, qui admetent que la crise ivoirienne est fomentée par la France, continuent de s’interroger sur l’intérêt «subit» éprouvé par les Etats-Unis d’Amérique de s’associer à la France pour accomplir le coup d’Etat en Côte d’Ivoire. Un ancien agent de la ‘’Direction générale de la sécurité extérieure (Dgse)’’ affirme que les Ivoiriens se trompent. L’homme au fait des micmacs des services secrets américains ne supporte plus de voir son pays, la France, et ses dirigeants jouer aux « boys » des Américains en Côte d’Ivoire. Par des canaux complexes, il nous a permis de prendre son témoignage. Plus que les Français, les Américains, à travers la Cia, ont décidé de s’emparer de la Côte d’Ivoire à partir d’un plan machiavélique conçu avant 1988. C’est ce plan qui a été réactivé, aujourd’hui. La construction de la grande ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire fait partie de ce plan tout comme l’installation d’un Ivoiro-Burkinabé, en la personne d’Alassane Ouattara, à la tête du pays. L’objectif est la naturalisation des quatre millions de Burkinabé vivant en Côte d’Ivoire afin de garantir la production du cacao et du café dans ce pays. C’est une affaire de survie pour les puissants chocolatiers américains. L’ambassade a été construite pour coordonner ces opérations en Côte d’Ivoire et pour d’autres objectifs en Afrique. Pour tout cela, il faut une mainmise sur le pouvoir ivoirien pour le compte du lobby des chocolatiers américains.
Donc, les Américains veulent garantir la production du cacao. Le seul moyen, c’est de pouvoir compter sur la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire dont dépend, selon eux, une grande partie de la production du pays. Les Américains entendent fidéliser cette communauté par la naturalisation des quatre millions de Burkinabè dont la plupart travaillent dans les plantations, croient les Américains, «dans une situation de précarité qui n’est pas à leur convenance». Il faut donc réussir à faire prendre le pouvoir par Alassane Ouattara. Et, depuis octobre 2000, la Cia utilise une arme fatale : la fragilisation du régime Gbagbo pour arriver à le faire vomir par tout le peuple ivoirien, afin de l’écarter facilement du pouvoir.
Souvenez-vous, plusieurs opérations ont été menées par la Cia en Côte d’Ivoire ou exploitées à cet effet, mais avec des succès mitigés : le charnier de Yopougon, l’assassinat de Jean Hélène, l’enlèvement de Guy André Kieffer, le déversement de déchets toxiques à Abidjan, l’empêchement du président du Front populaire ivoirien (Fpi) de se rendre aux Usa la Cia a aussi fabriqué des mensonges graves tels que : « la Côte d’Ivoire exploite les enfants dans les plantations de cacao ». Elle a manipulé l’information avec son sous-agent, l’Alassaniste Hamed Bakayoko, à Abidjan : « Les refondateurs offrent des voitures ‘’Rav 4’’ aux jeunes filles ; Madame Gbagbo engage des frais de séjour inconsidérés aux Usa», etc. Toutes ces actions qui font partie d’un vaste complot dont les seuls buts, sont de discréditer le régime de Laurent Gbagbo et favoriser l’élection d’Alassane Ouattara. Ces actions néfastes contre Gbagbo ont pris des allures de crimes commis par la Cia, mais dont personne ne veut parler : c’est le cas de la mort, jusque-là non élucidée, dans une clinique française, de Madame Sarata Ottro Zirignon, ancien Directeur adjoint de cabinet du président Gbagbo, qui gênait les chocolatiers américains par sa diplomatie agressive à travers des réseaux qu’elle maitrisait parfaitement aux Etats-Unis.
Ces actions néfastes sont passées inaperçues aux yeux des Ivoiriens pour la simple raison que les Américains ont toujours agi en se cachant derrière les Français, eux-mêmes manipulés à souhait et croyant régler leur propre problème avec « ce Laurent Gbagbo » qui ne veut pas se faire domestiquer.

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :